Les fables de Patschef

Publié: février 9, 2016 dans Uncategorized

L’âne et le veau

Par ces prés et bois Radsoc loin de la mer
Un âne et un veau paisiblement bavassaient.
Rien dans leurs vies n’ayant l’heur de leur plaire
Leurs joies, finalement, n’étaient que de critiquer.

Par un de ces jours identiques aux autres
un animal sur la route vint à passer.
L’âne mielleusement fit aussitôt gorges de ses fautes
apostropha le veau qui sans comprendre, suivait.

L’animal fut très vite oublié dans l’esprit de l’âne
Ses rares neurones n’ayant guère travaillés.
Le veau, quant à lui, finit comme tous les mâles
à l’abattoir puisqu’il en était destiné.

La morale de cette histoire s’il en ait
Comme si un ignorant et un imbécile pouvait penser
Est qu’il ne faut jamais préjuger de sa supériorité
avant d’avoir compris de ce qu’il en était.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s