Féminisme et Islamisme

Publié: décembre 19, 2010 dans Uncategorized

Il faut faire l’effort de lire ces propos avec attention et jusqu’à la fin ! Tout est dit ! Bonjour l’avenir !

Entretien avec Yves Marie Laulan: Nations suicidaires et déclin démographique

(propos recueillis par © Xavier Cheneseau, pour  » Synergies Européennes « ).

Après des études de Sciences politiques et un doctorat d’Etat de Sciences économiques, Yves-Marie Laulan a été successivement économiste au FMI, à la Banque mondiale et à la  » Caisse française de développement « . Conseiller au cabinet de Michel Debré aux Finances puis aux Affaires étrangères, directeur des affaires économiques et président du comité économique de l’OTAN, directeur des études de la Société générale, directeur général du Crédit municipal de Paris. Il est consultant international depuis 1995 et professeur associé à Paris II. Yves-Marie Laulan a été professeur à Sciences-Po, à Paris-Dauphine, puis au Panthéon, conférencier à Polytechnique et à l’Ecole supérieure de Guerre et à l’IHDN, membre de la commission des comptes et budgets économiques de la Nation, président international des économistes de banque. Il vient de publier chez F. X. de Guibert Les nations suicidaires un ouvrage sur la démographie.

XCh : En matière démographique,vous avez l’air d’être volontairement pessimisteŠ

YML : Ce ne sont pas les propos de l’auteur qui sont violents, mais la situation qui est violente. En fait, il est déjà presque trop tard; les phénomènes démographi-ques, ceux, disons, que je traite, ont ceci de particulier, et de singulier, qu’ils sont lents, et passent largement inaperçus, jusqu’à ce qu’il soit trop tard précisément; on peut réparer les ravages d’une guerre en quelques années, l’Allemagne et la France en ont fait l’expérience. On peut se remettre des conséquences d’une crise économique en peu de temps. Mais un traumatisme démographique prend des décennies, ou des siècles, pour guérir, quand il n’est pas inguérissable. Après tout, un siècle et demi après l’abolition de l’esclavage aux Etats-Unis, les Noirs américains ne sont toujours pas intégrés dans la société américaine. Mais vous avez en partie raison. J’ai adopté, volontairement un ton un tantinet provocateur. Car pour réveiller les sourds, il faut un énorme carillon. Et à quelle opinion pu-blique abêtie, abrutie, anesthésiée par un matraquage médiatique quotidien n’avons-nous pas affaire? La France de l’information aujourd’hui, c’est, en mieux, car en plus efficace, la Roumanie de Ceaucescu. Ceci étant, le dissident de la pensée unique que je suis, le samizdat de la Russie soviétique, selon l’expression de Pierre Chaunu, veut incarner, modestement, à sa mesure, le veilleur à l’aube dont parle la Bible (Isaïe), celui qui reste seul à son poste, toute la nuit, en attendant que l’aube se lève, peut-être.

XCh : Comment expliquez-vous que nous soyons confrontés à un hiver démogra-phi-que des plus terribles ?

YML : Pourquoi faut-il que ce soit au moment où le niveau de vie bat tous les records, où la condition humaine en général, celle de la femme occidentale en particulier, n’ont jamais été aussi favorables, que l’on assiste à un effondrement de la natalité? Ce phénomène est bien sûr nié ou camouflé par les menteurs patentés que sont les démographes officiels, qui sont aux réalités démographiques ce que Radio Paris était à la vérité de l’information pendant l’Occupation. Les principaux facteurs du phénomène sont les suivants. La femme occidentale ne veut ou ne peut pas avoir d’enfants. La fameuse poupée Barbie dont on parle tant ces jours-ci incarne bien la vision que l’on se fait de la femme dans nos sociétés repues et stériles. Ni mère, ni épouse, amante occasionnelle, elle vit en suzeraine au sein de son propre univers enchanté qui repose sur le sexe, un peu, le sport, beaucoup, la carrière énormément, son corps enfin, totalement. Elle se veut homme, à part entière. Car la société occidentale a été incapable de formuler une réponse convenable à ce grand défi du XXe siècle: comment réussir l’émancipation de la femme? Comment lui permettre de concilier raisonnablement son rôle de mère, indispensable pour la perpétuation de l’espèce, sur le plan biologique comme culturel, et son rôle, non moins nécessaire, de professionnelle. Allez donc poser la question à M. Juppé; et puis, il y a le triomphe, sans pudeur, des homosexuels, qui ne sont pas réputés pour leur fécondité naturelle. Acceptable à titre privé, dans la décence et la discrétion, l’homosexualité devient agressive et prosélyte, comme on le voit avec le Pacs. Les homosexuels réclament la reconnaissance sociale et la considération qui va, au même titre et même davantage, aux pères ou mères de famille, ce qui en dit long sur l’inversion des valeurs dans nos sociétés à vocation suicidaire. Mais on pourrait ajouter bien d’autres facteurs, comme la culture de mort si justement dénoncée par le Pape Jean-Paul II, avec l’avortement de masse, remboursé par la Sécu ‹un comble‹ et l¹humanitarisme médiatique, qui s¹attaque sans cesse aux valeurs « fortes » : honneur, travail, dignité, sens de la famille, goût du sacrifice et du renoncement, etc. Si je poursuivais sur cette voie, on me prendrait pour un prédicateur en chair et en os.

XCh: Cet hiver démographique n’est-il pas l’expression d’une fuite des responsabilités?

C’est bien le fond du problème. Car depuis trente ans, nous assistons, impuissants et résignés, à une fuite généralisée devant les responsabilités, et cela à tous les niveaux. Irresponsabilité des garçons qui ne veulent plus assumer la responsabilité d’être pères ou chefs de famille. Irresponsabilité des filles qui ne veulent plus mettre d’enfants au monde et préfèrent adopter des toutous pour leur tenir compagnie (il est vrai que les chiens ne cotisent pas pour la retraite; mais personne n’est parfait). Irresponsabilité des hommes politiques qui préfèrent sacrifier l’avenir du pays afin de préserver leurs précieuses chances aux prochaines élections (il ne faut mécontenter personne, et après moi le déluge !). Irresponsabilité des fonctionnaires qui veulent toujours plus d’effectifs, d’augmentations de salaires, de primes, et moins de temps de travail. La France est en train de se transformer, sous la houlette socialiste  ‹mais la droite n’a guère fait mieux‹  en un gigantesque camp d’assistés de tous genres et de tous poils. D’ailleurs, dès lors que 57% du PIB est redistribué, on peut affirmer sans crainte de se tromper qu¹un Français sur deux est assisté, et donc irresponsable.

XCh: En épousant l’individualisme et un certain confort anesthésiant, la France n’est-elle pas sur la pente qui peut la conduire à sortir de l’histoire?

YML : La France est déjà sortie de l’histoire de notre temps sur la pointe des pieds. Elle y rentrera peut-être un jour. Mais, ceci est une autre histoire. Pour l’instant, nous avons déjà renoncé à deux attributs majeurs de la souveraineté, qui font qu’une nation existe au monde, à savoir: la monnaie avec l’euro, depuis le début de l’année. La monnaie légale en France depuis le 1 janvier 1999  est l’euro, (dont le cours légal est géré à Francfort), et non plus le franc, qui n’est plus qu’une monnaie divisionnaire. Par ailleurs, la France a aussi renoncé à son armée qui n’est plus qu’une force de police auxiliaire, au service de l’OTAN et de nos alliés. L’Europe aujourd’hui n’est pas une ascension vers un mieux-être, mais une fuite en avant qui permet à nos hommes politiques de conserver leurs indemnités parlementaires, opulentes tout en évacuant sur Bruxelles les décisions difficiles. Ce n’est plus l’Europe sans rivages de François Perroux, mais l’Europe sans visage de Jacques Delors, celle de tous les abandons, de toutes les lâchetés, de tous les renoncements. Le drame est que les Français restent sans voix et sans réactions, comme hébétés, devant toutes les mutilations de leur souveraineté qui leur sont imposées. Ils manifesteront en masse pour la chasse à la tourterelle mais ne réagiront pas contre le Pacs ou contre le Traité d’Amsterdam. Ce n’est plus un peuple de veaux mais une colonie de lemmings. Et on le dit ingouvernable. Erreur. On le manipule comme on veut et on lui fait avaler n’importe quoi.

XCh : Existe-t-il des signes de salutaire réaction?

YML : Aucun pour l’instant. Le profil de l’encéphalogramme est plat et le patient dans un état comateux profond.

XCh : Pensez-vous que la France survivra au XXe siècle ?

YML : Tout dépend de ce que l’on appelle survivre; en tant que peuplade dotée d’un passeport plus ou moins récent et, bien entendu, d’une carte de sécu, les Français ont toutes les chances de survivre. On ne va pas perdre comme cela le secret du cassoulet, du magret de canard ou des tripes à la mode de Caen. Et puis, il y a le foot. Comme peuple, fier de son passé et soucieux de son destin, comme nation, orgueilleuse de sa présence au monde et de sa place dans le concert européen, c’est une toute autre histoire. En raison de son évolution démographique caractérisé par un affaissement démographique interne, compensé par une immigration massive de peuplement, la France a toute les chances de devenir ce que l’on peut appeler une société malheureuse. Elle surmontera difficilement les contradictions internes qu’elle a elle-même créées. Peuplée de fortes minorités à vocation majoritaire, très différentes par leur culture et leurs valeurs, et donc forcément rivales, la France deviendra un pays où le simple maintien de l’ordre public va requérir la mobilisation de toutes les ressources internes pour conserver un semblant d’ordre social. D’autant plus, qu’au contraire des Etats-Unis, qui ont accepté les rudes disciplines du libéralisme créateur de richesses et d’emplois, la France adopte des mesures ineptes comme le montre bien la funeste loi des 35 heures qui est la risée du monde civilisé. De telles sociétés ne peuvent prétendre avoir une politique étrangère ou de défense extérieure, mais, ce qui est déjà beaucoup, de simple préoccupations de maintien de l’ordre, dans le cadre d’un régime de plus en plus policier et d’une économie de plus en plus étatisée comme c’est déjà le cas dans maints pays africains ou au Liban. Si c’est cela que vous appelez survivre, alors oui, la France a des chances de survivre. Mais dans quel état !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s