Les femmes sont des saintes – L’Affaire Djamila Amrane-Minne

Publié: août 3, 2010 dans Uncategorized
La prime au crime et à la trahison : L’Affaire Djamila Amrane-Minne
Comment une terroriste criminelle du FLN, ayant du sang sur les mains, a-t-elle pu poursuivre une carrière universitaire en France sans être inquiétée ? Un article de Mattheus.

Au moment où l’État Algérien -l’État-FLN- vient encore, une fois de plus, déverser sa haine anti-française sur les ondes internationales en déclarant que son Assemblée examinerait bientôt un projet de loi « criminalisant le colonialisme français » ; au moment où l’état français ne trouve rien d’anormal à ce qu’une ancienne terroriste vienne bénéficier du système de santé d’un pays qu’elle avait combattu naguère de la manière la plus lâche, il semble opportun et nécessaire de mettre en lumière une affaire jusqu’ici passée sous silence par tous les médias français : l’affaire Djamila Amrane-Minne.

De quoi s’agit-il ? D’un nouveau dossier Boudarel*, d’une nouvelle forfaiture d’état, d’un nouveau caillou noir à jeter dans le jardin du déshonneur français. Mais qui est Djamila Amrane-Minne ?

Née en 1939 en métropole, Danielle Minne, de son nom de jeune fille, arrive avec sa famille en Algérie en 1948 et devient, à l’âge de 17 ans, membre du « réseau bombes » de Yacef Saadi. A cette époque, fin 1956, début 1957 (début de la Bataille d’Alger), le FLN, dont la politique terroriste est librement affirmée et revendiquée, cherche des jeunes femmes à l’allure innocente pour distraire l’attention de la police et poser des bombes dans les lieux publics. Danielle Minne, qui prend le pseudonyme de « Djamila », est l’une d’entre elles.

Dans l’après-midi du 26 janvier 1957, la jeune femme entre au bar Otomatic, à Alger, et va déposer un engin explosif dans les toilettes. Elle ressort. Quelques minutes plus tard, la bombe explose, suivie de deux autres détonations à la Cafétéria du Milk-Bar (déjà touchée quelques mois plus tôt) et au café du Coq-Hardi. Bilan : 4 femmes tuées, une soixantaine de blessés (plusieurs amputés), dont de nombreux enfants. Un élément de plus dans la lutte de terrorisme aveugle à laquelle se livre le Front de Libération National, presque unanimement considéré aujourd’hui, en France comme (évidemment) en Algérie, comme un mouvement de combat pour la liberté, une sorte de Résistance luttant contre l’hydre fasciste incarnée par la présence française en Afrique du Nord. Danielle Minne, ayant rejoint les maquis FLN, est vite arrêtée. Jetée en prison, elle en ressort à l’époque de l’indépendance.

Mais cela n’est rien. Cela est de l’histoire ; histoire d’un terrorisme lâche et sans honneur, certes, mais comme en tant d’autres lieux et à tant d’autres époques. Cela n’est rien, car le pire est à venir et il nous est scandaleusement contemporain.

Danielle Minne, devenue après mariage, Djamila Amrane-Minne, a pu, sans jamais être inquiétée, sans jamais qu’un obstacle vienne se mettre sur son chemin, devenir universitaire en France et suivre, dans le pays même qu’elle avait trahi, une carrière parfaitement honorable à l’ombre du statut avantageux de fonctionnaire de l’enseignement supérieur. Oui, une porteuse de valise du FLN, pire, une poseuse de bombes, une terroriste revendiquée, est devenue, avec la bénédiction passive et le soutien actif de l’Etat et de ses institutions, Maître de Conférences à l’Université du Mirail, à Toulouse.

En 2002, elle est même nommée Professeur des Universités, plus haut grade de la hiérarchie, par un décret signé de Jacques Chirac, Président de la République ! Pendant des années, cette femme a enseigné l’histoire de la décolonisation (sic !), publiant articles et ouvrages sur la question, avec une prédilection particulière, nous indique sa bibliographie, pour le sort des femmes sous la colonisation française, elle qui, lors des attentats de janvier 1957, avait froidement contribué à en tuer quatre, et à en blesser plus d’une vingtaine ! Membre du Groupement de Recherches en Histoire Immédiate (GRHI), son statut l’autorisait à siéger en jurys de thèse universitaire, et à encadrer de jeunes chercheurs.

Voilà comment on écrit l’Histoire… Voilà comment on crache sur la France… Imagine-t-on un seul instant un ancien de l’OAS, jamais repenti, professeur à l’Université d’Alger, et recevant aujourd’hui une retraite de l’État algérien ?

Que l’Algérie, pays dévasté par un demi-siècle de dictature et de guerre civile, honore les Français qui se sont joints au terrorisme FLN, c’est une chose. Mais que la France ait pour une terroriste patentée la sollicitude et les égards qu’elle a toujours refusés aux Pieds-Noirs et aux Harkis, sacrifiés pour raison d’état, c’est à la fois une honte, et un crime. Une honte qui entache le blason déjà marqué de notre histoire nationale. Un crime à l’égard du peuple français et de ceux, nés sur les deux rives de la Méditerranée, qu’ils soient de souche européenne ou nord-africaine, chrétiens ou musulmans, qui ont vécu et sont morts pour la justice et l’honneur de notre pays.

On va dire que nous cherchons à rouvrir les blessures du passé… Mais elle ne sont pas refermées. Elles resteront béantes tant que des injustices de cette espèce seront permises ou favorisées. On va dire qu’il y a prescription, et amnistie, ce qui est vrai. Mais notre but n’est pas de traîner Mme Amrane-Minne devant les tribunaux. Elle a affaire avec celui de sa conscience. Notre but est seulement de projeter la lumière crue de la vérité sur ce dossier honteux, et de faire en sorte que les Français, tous les Français, puissent contempler cette trahison personnelle récompensée par une trahison d’état !

Bien que dotées d’un statut autonome assez avancé, les universités françaises sont publiques. Elles vivent par le soutien de l’Etat. Celui-ci, s’il était dirigé par des hommes honnêtes ayant à coeur l’intérêt général, l’honneur de son peuple et le respect de son histoire, ferait au moins en sorte de dénoncer publiquement ses errements de cinquante ans. Un Etat honnête, au minimum, suspendrait immédiatement toutes les prestations publiques dont Mme Minne, on l’imagine, bénéficie dans sa retraite. Par respect pour les seules victimes, ce serait la moindre des choses.

Il n’en sera rien, hélas ! Les Français d’Algérie, victimes d’une épuration ethnique oubliée, et les survivants Harkis, musulmans fidèles remis aux balles, aux couteaux et aux scies des égorgeurs, apprécieront l’étendue de l’outrage.

Les Français de métropole, eux, qui pour beaucoup, font face comme ils le peuvent à une crise économique et morale sans précédent, n’auront rien à dire, comme d’habitude. En plein débat truqué sur « l’identité nationale », le travail honnête et le patriotisme silencieux ne sont plus des valeurs quand la trahison et l’assassinat permettent l’avantage d’une carrière paisible sous le refuge des honneurs publics.

Dès 1963, Djamila Amrane-Minne s’est piquée de poésie, publiant des textes inspirés de sa « lutte » révolutionnaire. Une autre poétesse, américaine, celle-là, et aux mains non entachées du sang des siens, a écrit :  « Pécher par le silence quand nous devons protester transforme les hommes en lâches ». (Ella Wheeler Wilcox. 1850-1919)

Alors nous protestons ! Nous protestons aussi fort que nous le pouvons pour mieux montrer à tous l’odieux visage que sait si bien adopter la lâcheté de l’état français quand il vient à s’abaisser dans la plus indigne des forfaitures !

Notes :

*En 1950, Georges Boudarel, militant communiste français, passe au Vietminh. Nommé commissaire politique dans un camp de prisonniers, il y torture ses compatriotes. Revenu des années plus tard en France, il entreprend, sans jamais être inquiété, une carrière universitaire. A la veille de sa retraite, alors que, sans honte, il demande à l’Etat de faire reconnaître et valoir ses années indochinoises comme « voyage d’études en Extrême-Orient », il est reconnu par des anciennes victimes. S’ensuit un procès, qui n’aboutit à rien. Boudarel, bénéficiant de sa retraite allouée par l’état français, s’éteint paisiblement en 2003.

Mattheus pour LibertyVox

http://www.libertyvox.com/article.php?id=426

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s