French Pastries for Beginners

Publié: juin 18, 2022 dans Uncategorized

Gauchisme

Publié: juin 12, 2022 dans Uncategorized

Au cœur du libéralisme (americain) se trouve l’enfant gâté. Misérable, comme tous les enfants gâtés. Insatisfait, exigeant, indiscipliné, despotique et inutile. Le libéralisme est une philosophie de pleurnichards.

P. J. O’Rourke

Election?

Publié: mai 13, 2022 dans Uncategorized

Nobody elected Bill Gates, Ursula Van der Leyen, Anthony Fauci, Klaus Schwab, the WHO, Albert Bourla of Pfizer, or the so-called Scientific Council and yet they unilaterally decide on our lives and our rights!

Christine Deviers-Joncour

Publié: mai 9, 2022 dans Uncategorized

LETTRE OUVERTE :
Christine Deviers-Joncour :

« J’ai vu des enfants éventrés, des femmes violées, lapidées, torturées »
Voici une lettre ouverte d’un courage incroyable signée par l’ancienne maîtresse de Roland Dumas, salement surnommée « la Putain de la République » ou « la Mata Hari du Périgord ». Aujourd’hui, elle revient à la lumière avec une lettre ouverte absolument vertigineuse.




J’entendais leurs délires, loin d’imaginer qu’ils iraient jusqu’au bout de leur folie. Je les ai vus, à l’époque, se goberger, s’empiffrer sur le dos de la bête.
Je les ai vus, les yeux plus gros que le ventre, piller et se goinfrer.
Se donner des lettres de noblesse factices que leur position et leur pouvoir leur conféraient.
Je les ai vus bomber le torse et de leur petite hauteur, mépriser le peuple en donnant au château de Versailles des fêtes royales pour célébrer dignement l’arrivée au pouvoir du nouveau « monarque ».

Les cortèges de voitures officielles comme autant de carrosses et les garden-parties de ces nouveaux parvenus bientôt emperruqués.
J’ai vu les épouses et leur marmaille jouant à Marie-Antoinette sans vergogne sous les lambris, dont le passe-temps se limitait à organiser des dîners fins entre amis et visiter le Mobilier national comme on va chez Ikea. Gratuit ici.
Surtout quand on omettait de restituer pièces d’art et meubles d’époque.

Lire aussi : Les dessous de l’affaire Jérémie Ladreit de Lacharrière


Lire aussi : Le juge pour enfant qui proposait à des inconnus de violer sa fille de 12 ans n’ira pas en prison

Lire aussi : Nathalie Rheims : « Le vice c’est bien mais l’inceste c’est mieux parce que ça reste en famille »

Lire aussi : Un prof de philo prétend qu’il y a des « avantages évolutifs aux relations sexuelles entre enfants et adultes »

Je les ai vus et j’ai payé très cher pour avoir été témoin, n’étant pas du sérail…
J’ai vu les caisses noires des ministères exonérées d’impôts, les frais d’intendance éhontés enfler toute honte bue, chauffeurs et gardes du corps à vie et retraites cumulées replètes, rétro-commissions sur des marchés d’état, des avions équipés comme des palaces volants, des jets sur le tarmac prêts à décoller au moindre caprice ou quand tsunamis, tremblements de terre et autres catastrophes permettaient d’appeler les hordes de photographes, après être passé en vitesse chez le coiffeur et le couturier branché, pour se faire immortaliser au pied d’un jet avec un sac de riz sur le dos.

J’ai vu des soutes en provenance d’Afrique garnies de billets de banque et des coffres de voitures transformés en caverne d’Ali Baba pour distribution d’argent à grande échelle, des contrats d’État passés aux mains des filous, des comptes bien cachés dans des pays aux lagons bleus, (…)


J’ai vu des enfants éventrés, des femmes violées, lapidées, torturées. J’ai vu un avion avec une croix rouge sur son flanc porter secours à des populations africaines affamées en leur tirant dessus, et j’ai même vu certains crocodiles bouffer de malheureux témoins encombrants et d’autres tomber des fenêtres, arrêts cardiaques et cancers fulgurants.

Toute cette honte, tous ces crimes pour encore plus de Pouvoir et Richesses.
Un monde aux mains de la Finance Internationale, Bilderberg, Nouvel Ordre Mondial criminel, FMI, GAFAM etc, pour maintenir, verrouiller le système, protéger une élite et asservir les peuples en les abrutissant et en les dépravant en inversant les valeurs !
Nous leur donnons une once de pouvoir et ils perdent tout sens commun.

Lire aussi : Viols d’une enfant au parloir (107 fois) de la prison de Nîmes : le pédophile condamné à 30 ans de réclusion, la mère complice à 15 ans

Lire aussi : Capitaine Juving-Brunet : « 50.000 disparitions d’enfants alimentent tout un réseau parallèle occulte, sur lequel nous devons jeter toute la lumière »


USA Today présente la pédophilie comme « naturelle »


L’ado victime de Bryan Singer (Disney) dénonce le réseau pédophile d’Hollywood : « Ils vous donnent de l’argent pour garder le silence »

Et plus on monte dans la hiérarchie, plus ils s’en donnent à cœur joie, perdent le sens des réalités et franchissent allègrement et sans états d’âme l’inacceptable. Et au plus haut niveau de la pyramide ils n’ont plus rien d’humain. Ce sont des monstres. Le pouvoir, aphrodisiaque suprême, les déshumaniserait-il à ce point ? Et le fric, moteur essentiel à toutes ces dérives…

Comment osent-ils se poser en donneurs de leçons, parler de probité, d’intégrité, de franchise, quand se multiplient leurs égarements et que les affaires de corruption et autres méfaits les éclaboussent ? (…) Nous sommes devenus un immense peuple de moutons à tondre, tandis que la démocratie n’existe plus depuis longtemps, et tout dépend maintenant du pouvoir de résistance et de révolte des peuples.

La mise en esclavage des populations est passée à la vitesse supérieure avec cette « plandémie covid » en créant la PEUR ! Et les grands argentiers de la planète et leurs marionnettes nous font clairement comprendre que seuls comptent leurs profits, que le bien-être des citoyens n’a aucune espèce d’importance. Leurs “plandémies” et leurs vaccins mortifères finiront le sale boulot pour une dépopulation mondiale annoncée : Le projet ne date pas d’hier, croyez-moi !

Nous sommes tous sacrifiés sur l’autel des profits. Depuis ces dernières décennies tout fut mis en œuvre fissa pour nous anéantir. Et la télévision et les médias aux ordres ont participé à cet abrutissement de masse qui nous a conduits à l’impuissance en nous lavant le cerveau. Je veux pourtant rester optimiste. Nous sommes à un tournant majeur, un changement de civilisation.

Lire aussi : Joachim Son-Forget : « J’ai du mal avec un Ministre de la Justice qui était un défenseur de pédophiles devant moi »

Lire aussi : L’enquête de Paris-Match qui fait péter les plombs aux « bien-pensants »

Lire aussi : L’avocat Lin Wood : « Les Américains seront choqués par le niveau de pédophilie et de culte satanique »

Lire aussi : Le Pape Jean-Paul II a béni Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell

Il est urgent que tous les citoyens se réveillent et reprennent en main leurs pays, leur souveraineté et éliminent cette vermine financière afin de réinjecter dans les caisses des états pour le bien collectif, les incroyables fortunes détournées par une poignée de mafiosi sans foi ni loi et dangereux.

Il faut bien prendre conscience que, quels que soient votre bord politique ou votre conception de la vie, si vous ne faites pas partie de leur élite, vous serez broyés. Aussi, il faut s’unir d’urgence car nous marchons vers l’abime ! Et si le monde devient chaotique, cela signifie aussi que ce qui a manqué, c’est la spiritualité individuelle.


Lire aussi : Lumière sur les bals masqués de l’UNICEF pour « sauver » les enfants

Lire aussi : Le FBI confirme l’authenticité du journal d’Ashley Biden : « J’ai pris des douches inappropriées avec Joe quand j’étais petite »

Lire aussi : Karl Zéro : « Epstein lui a filé 58 000 euros, Jack Lang devrait s’expliquer… »

Lire aussi : Le film d’Élise Lucet que la pègre française veut voir disparaître

Lire aussi : Le documentaire “Enfance volée” lève le voile sur 50 ans de pédocriminalité à la française

Lire aussi : « 1 sur 5 le film contre la pédocriminalité » de Karl Zéro est une bombe d’utilité publique

Lire aussi : Les pédocriminels vont-ils tous commencer à se balancer les uns les autres ?

Il n’y a pas de compromis avec les éléments extérieurs du monde en action et la conscience se révèle encore inactive face à ce monde chaotique. Au contraire, la conscience peut se reconnecter en tout temps et en toute situation avec la spiritualité comme une ascension.

Il me revient en mémoire cette phrase de Brecht : « Lorsqu’un homme assiste sans broncher à une injustice, les étoiles déraillent »… Alors, vite, protégeons les étoiles et tournons la page sur ces temps décomposés. Levons-nous ! »

Christine Deviers-Joncour

Sola wacim

Publié: mai 8, 2022 dans Uncategorized

Sur les 3 000 e-mails publiés par le serveur de messagerie privé d’Hillary Clinton fin décembre 2015, environ un tiers provenaient de son proche confident Sidney Blumenthal. L’un de ces courriels, daté du 2 avril 2011, disait en partie : »Le gouvernement de Kadhafi détient 143 tonnes d’or, et une quantité similaire en argent… Cet or a été accumulé avant la rébellion actuelle et était destiné à être utilisé pour établir une monnaie panafricaine basée sur le dinar libyen doré.

Ce plan a été conçu pour fournir aux pays africains francophones une alternative au franc français (CFA). » Dans un « commentaire source »,
l’e-mail original déclassifié ajoutait :
« Selon des personnes bien informées, cette quantité d’or et d’argent est évaluée à plus de 7 milliards de dollars.
Les officiers du renseignement français ont découvert ce plan peu après le début de la rébellion actuelle, et ce fut l’un des facteurs qui ont influencé la décision du président Nicolas Sarkozy d’engager la France dans l’attaque contre la Libye.
Selon ces personnes, les plans de Sarkozy sont motivés par les enjeux suivants :
1. Un désir d’obtenir une plus grande part de la production pétrolière libyenne, 2. Accroître l’influence française en Afrique du Nord,
3. Améliorer sa situation politique interne en France,
4. Offrir à l’armée française une opportunité de réaffirmer sa position dans le monde
5. Répondre à l’inquiétude de ses conseillers sur les projets à long terme de Kadhafi de supplanter la France en tant que puissance dominante en Afrique francophone. « 

Il est remarquablement absent de toute mention de préoccupations humanitaires ou démocratiques.
Les objectifs étaient clairement de se débarrasser de l’unification de l’Afrique, pour mettre la main sur l’argent, le pouvoir et le pétrole.
……..
Si ce n’est pas mafieux, dites ce que c’est?
Je vous ai déjà prévenus que vous êtes les futur GAZA. Aujourd’hui c’est l’EU qui va l’être aussi.
Continuez à voter ces criminels.

The WHO

Publié: mai 8, 2022 dans Uncategorized

https://m.theepochtimes.com/the-chilling-reason-they-wont-declare-the-pandemic-over_4372005.html?utm_source=ref_share&utm_campaign=copy&rs=SHRMBTDR&

The pipsqueak

Publié: mai 2, 2022 dans Uncategorized

The pipsqueak …
… « this parasite of the rich tables »! It is Alphonse Daudet who calls his character a « freeloader » and a « parasite » in his book, « La petite paroisse », when he describes a priest, a light, frivolous and pretentious character. Like Macron! To whom we can, without being mistaken, add the qualifiers of arrogant and contemptuous. This designation of poncey fits so well to Macron that one cannot help but refer to it. For our misfortune, this freeloader, a parasite for France and the French, has just been re-elected for five years at the head of the Republic. By whom? By a majority of old and fallen politicians and by all the collabos of the system, useful idiots or consenting victims, all stultified by imbecilic speeches of anti-leftist hatred. Do all these fools really believe that the fascist danger is represented by Marine Le Pen? And that there are, really, in our country, fascist hordes who plan to take power by force? Isn’t this a posture to, first, be able to safeguard one’s prebends and, second, to apply, quietly, a program of massive destruction of everything that makes up France?

Since the health crisis, the system has applied intellectual terrorism and, as a corollary, fear, orchestrating panic. For it knows that its hegemony is strongly contested, not only in France, by a patriotic and national vanguard which, admittedly, is still a minority. The balance sheet of this system, which is favored only by the wealthiest classes, for whom it was developed, is defended by crushing, through terror, the majority of peoples who might revolt. Macron, as a good globalist pupil, uses the same methods, scandalously, going so far as to attack democratic institutions, to maintain his power. This pipsqueak is only one link in the chain of the financial elite of a globalized system that wants to dominate the world by enslaving the people. Through well-targeted advertising and political stratagems and by caressing them, always, in the direction of the hair, this system only wants to reduce them into a shapeless mass of compulsive consumers. Especially not in enlightened citizens! Otherwise, globalism will fail. Yet, more and more, the most disadvantaged classes are voting for the national camp. But the privileged classes, and a few gogos, still vote so that the system continues. In France, they vote, Macron!

Macron and his cronies are evil. They have amply proved it for five years! Five years of insane delirium, of eviction of the rule of law, of infantilization of the people and conflicts of interest at all levels. And because of cowards, from the left as well as from the right, these evildoers are going to make us endure their ineptitudes for five more years! These cowards from all sides who voted for Macron did not think for a second about the unfortunate people who live in rural and peripheral areas, who had the courage to vote massively for the only candidate who had the most perfectly adapted program to the present situation. And if, because her name is Le Pen, this allows some to vote against their interests, where are we going? Would the French people who voted for this pipsqueak, already well known for his bluster, be, apart from a few seasoned politicians, unaware or simply calves or backward? The question can be asked. In any case, after the re-election of a pipsqueak, the reputation of the refractory Gauls takes a big hit.

Where is this revolutionary people who enlightened the world for centuries?

More to come

Publié: avril 27, 2022 dans Uncategorized

https://t.me/StreetReporters1/2216

Macron

Publié: avril 25, 2022 dans Uncategorized

Thus, and without the slightest surprise, as everything was done, constructed and propagandized for that, Emmanuel Macron is re-elected: well manipulated, the people who will have had to undergo vexation, confinement, rape of integrity and contempt without interruption for the last five years, have obediently voted for their executioner.

What can we expect from the next weeks, from the next months of a second quinquennium of disdain and of the cutting of the country by a small caste of rich people?

Of course, it is amusing that Le Pen, if elected, would not have fundamentally changed the economic situation, but at least she would have had fierce opposition from all the constituted bodies, the press, the politicians and the administrations, which would have guaranteed a period of respite for the French. With Macron’s reappointment in a country without the slightest opposition, we are going to accelerate towards new problems of increasing magnitude.

The country’s debt, which no one seems to care about, has gone from enormous to colossal and will place an ever-increasing burden on public finances. Indeed, even without aiming at its repayment (now extremely unlikely), its simple « service » (the payment of the annual instalments due at each due date) will become increasingly expensive. To make ends meet, the Macron clique will not have thirty-six solutions, but only three possible ones.

The first is to cut spending. Between the fierce desire of the French people not to touch anything they have already acquired, the acute melenchonitis of the newly elected president, and the more than worrying state of his public services, we cannot count on this solution. If spending decreases, it will be only marginally and not nearly enough to cover the French state’s financial obligations.

The second solution could be to raise taxes. Since taxes are already too high in France, and the level of taxation is already on the verge of provoking social explosions, there is no real room for manoeuvre. Once again, salvation will not come from this idea.

The last one consists in rolling over the debt, through new loans (which will be more and more difficult as the key rates will have to go up if we don’t want to stop the productive activity completely) and to drown the old ones in… inflation, of course.

Inflation can be obtained by distributing freshly printed magic money, which has already been done and will continue to be attempted in the next few months, with the multiplication of vouchers and vouchers to benefit from reductions or aid on the most inflationary products and services (energy, food, mobility, housing, communication). The other method consists in reducing production, which, at constant demand, automatically increases the cost of goods and services offered. Between logistical breakdowns and sanctions, normative storms and eco-collectivo-boboid ideology, it won’t be long before the supermarket shelves are much more airy.

Inevitably, these shortages (of goods, products, services and then labor) will inevitably provoke multiple crises, of which war (civil or external) is only a symptom. We can expect increasingly strong tensions in French society, in Europe and everywhere else in the world. The years 2022 and 2023 will not be calm.

For many of us, the scarcest commodity will be time, that invisible tax that the poor pay so dearly: people will spend more and more time queuing and canvassing, trying to get around the problems that will be created by the ruling caste trying to maintain its power. Remember: it is the characteristic of socialist planned economies to create long lines in front of stores.

If you must always hope for the best and remember that, no, you are not alone, and yes, there are individuals of good will around you that you can help and vice versa, you must not sink into blissful or even naive optimism which also causes its share of problems. The period that is about to begin will not be easy. It is therefore necessary to foresee and prepare for the worst.

In concrete terms, we can continue to watch carefully what is happening on certain financial markets, which will act like a canary in the mine.

If you have cash, it is high time to take it out of the PEL and other Livret A savings accounts that no longer yield anything and buy what will provide interesting returns in a few weeks, a few months at the most. Depending on the amounts available, this can be land, practical and useful real estate or furniture, food, precious metals starting with gold and silver and crypto-currencies for those who have a spirit of adventure.

If one has no money or too few resources, it is an excellent idea to acquire or start acquiring knowledge and practical skills (DIY, electricity or basic chemistry, maintenance of various equipment, cooking, plumbing, I go on).

Some who read this will be amused by its « survivalist » or catastrophist tone.

Nevertheless, is it so implausible to imagine that what will happen in the months and years to come will be neither calm nor predictable, and certainly not under the sign of a notable improvement of the situation?

In practice, and as objectively as possible, which bet is the riskiest? The one that consists in imagining that we are heading for big republican and festive collapses, a stock market and/or real estate crash, or the one that, on the contrary, believes that it is more likely that things will continue « as they were until now », in a controlled trajectory, a soft landing where the cadors that govern us, at the head of the country, of the Union, of the ECB and elsewhere, continue to string together successes and positive results in line with what had been foreseen, as the last few decades have attested?

More pragmatically, are you betting on the good mental health, on the capacity for anticipation and planning of the fine troops at the helm and, better still, on their good intentions, or on the contrary, are you betting by using the performances of past years to establish the profile of future years, looking not at intentions but at actual results?

Things sometimes change quickly, very quickly, much more than we can imagine.

For all intents and purposes, let’s remember that in October 1989, the GDR was completing its 40th anniversary celebrations, just a few days before the fall of the Berlin Wall. And on February 22, 2022, few in Ukraine thought that they would have to flee two days later in the face of open conflict in their own country.

Ne votez pas Le Pen

Publié: avril 22, 2022 dans Uncategorized

Ne votez pas pour Mme Le Pen!

Vaccins?

Publié: avril 21, 2022 dans Uncategorized

Élections, piège à cons.

Publié: avril 21, 2022 dans Uncategorized

Le saviez-vous Macron a obtenu en:
– 2017 au 1er tour 8 656 346 Voix
– 2022 au 1er tour 9 783 058 Voix
Donc après 5 ans d’un mandat dégueulasse, Macron fait plus de voix au 1er tour 2022 qu’en 2017?
Vous comprenez maintenant le folklore, l’hypnose médiatique autour de cette « élection » ?

Totalitarisme mou

Publié: mars 30, 2022 dans Uncategorized


Lors d’un petit-déjeuner à Toronto avec le regretté George Jonas, un auteur d’une perspicacité aiguë, je lui ai demandé comment c’était de vivre sous un régime totalitaire en Hongrie avant de s’enfuir au Canada en 1956. Je n’oublierai jamais ce qu’il a dit :
« Je pensais que je fuyais une maladie. Mais… elle m’a suivie !
Cela a été cause de chagrin instantané, et j’ai pleuré intérieurement pour mon pays.
La liberté d’expression, d’action et de pensée du Canada, limitée uniquement par les limites traditionnelles de la loi et de la coutume, était à son apogée pendant la période précédant la Confédération, lorsque les colons risquaient de ne jamais voir un agent du gouvernement de toute leur vie. Il a été salué de la manière la plus poignante en 1896 par le septième premier ministre du Canada, Sir Wilfrid Laurier, dans des mots qui ont retenti dans le monde non libre comme un gong fier et retentissant : « Le Canada est libre, et la liberté est sa nationalité !
Et c’est pourquoi j’ai pleuré. Car nous ne pouvons tout simplement pas dire ces mots aujourd’hui.
Le Canada n’est plus le pays libre qu’il était.
Notre fier héritage de liberté ordonnée a commencé à s’affaiblir vers le milieu du XXe siècle, lorsque, avec la plupart des autres démocraties occidentales, nous avons entrepris de devenir ce que les observateurs décrivent de diverses manières comme un État-providence ou un État-providence social. Une forme de socialisme doux.
Mais les événements des dernières décennies, et surtout des dernières années, m’amènent à affirmer prudemment que la démocratie libre et libérale est morte au Canada, car nous avons définitivement franchi la ligne entre le socialisme mou et le totalitarisme mou. Il s’agit d’une condition d’État caractérisée par la croissance du gouvernement aux trois niveaux, une énorme dette structurelle qui ne sera jamais remboursée, la taxation de tout ce qui bouge et une réglementation minutieuse, omniprésente et intrusive. La semaine dernière, un agent de protection de la faune de l’Ontario est venu chez moi et a menacé de me donner une amende si je ne nettoyais pas quotidiennement les graines qui tombent de ma mangeoire à oiseaux.
Mais peut-être que l’indice le plus fiable que le pays a muté vers un totalitarisme doux est la croissance des punitions négatives omniprésentes. Négatif parce que bien qu’il y ait eu quelques cas récents d’arrestation pour avoir défié la loi, ils se spécialisent dans l’ensemble dans l’interdiction de la pensée, de la parole et de l’action non conformes, dans les menaces de suspension des licences professionnelles, dans les amendes, l’évitement et le licenciement, dans la destruction de réputations, et plus encore, mais sont juste en deçà de la maltraitance physique arbitraire, de l’arrestation, de la menace de citoyens respectueux des lois et de leur envoi en prison. Mais nous sommes un peu plus près.
La semaine dernière, la police COVID a appelé la fille d’un ami qui venait de rentrer d’un voyage aux États-Unis et l’a assénée de questions pour savoir si son enfant de 8 ans était vacciné ou non. Elle a répondu que la santé de ses enfants était son affaire et a refusé de répondre. Vous savez ce que l’officiel a dit ? Elle a dit : « Si vous ne répondez pas à mes questions, j’enverrai la police chez vous, et ils utiliseront leur autorité pour vous faire répondre.
Quand on pense au totalitarisme pur et dur, on pense aux mitrailleuses à chaque coin de rue, aux bottines et aux goulags, à l’espionnage omniprésent du gouvernement, à l’enfermement « psychiatrique » des ennemis politiques sans raison particulière, aux dissidents et aux indésirables envoyés dans des camps de goulag au nord, etc. Pour l’instant, je suis toujours assez certain que la tradition des libertés britanniques et de la common law, des freins et contrepoids, et la division des pouvoirs qui est notre long et glorieux héritage rendront impossible ce genre de totalitarisme dur dans un pays comme le Canada. Ou du moins, hautement improbable.
Mais nous devons nous méfier, car le type le plus doux est clairement déjà là, en grande partie soutenu et diffusé non seulement par le gouvernement à tous les niveaux, mais aussi par les citoyens Woke, les sociétés Woke, les universités et écoles Woke et les médias Woke. Il s’est manifesté de manière militante il y a quelques années à peine. La première étape est l’effort de persuasion de l’État via la publication et la promotion de positions « correctes » sur des choses comme l’avortement (slogans comme « mon corps, mon droit »), sur l’homosexualité (affiches dans les écoles criant « gay, ça va ») avec les troupes d’équité, de diversité et d’inclusion envahissent partout. Tout cela a évolué assez rapidement vers des édits publics et des avertissements destinés à étouffer ou à déformer les points de vue opposés ; au contrôle direct de la parole et de la pensée des citoyens par le biais de pressions du politiquement correct ; à l’invention des avertissements déclencheurs ; à la honte officielle des jeunes dans les écoles et des médias pour des attitudes non conformes contraires au récit public ; à l’usage forcé d’un langage tel que les pronoms de genre, et même à la reconnaissance publique forcée en tant que « femmes » de personnes qui sont des hommes biologiques, ou vice versa.
Le Canada est déjà allé au-delà de ces méthodes douces pour punir par de véritables poursuites via de faux organismes parajuridiques tels que les «tribunaux des droits de l’homme», qui ne sont que des tribunaux fantoches de style soviétique ayant le pouvoir d’imposer des amendes aux contrevenants et de forcer la conformité et la «rééducation». .” Toujours pas de prison pour le moment, mais proche. Nous avions l’habitude de ridiculiser l’ex-URSS pour avoir fait cela. Mais maintenant ils sont partis, et nous le faisons. Georges avait raison. La maladie est bien là.
Trois effroyables initiatives totalitaires douces – il y en a beaucoup d’autres – méritent une attention particulière, car elles sont toujours parmi nous. Le projet de loi C-25 du gouvernement fédéral de 2018 (section 2.2.1.1.) oblige les sociétés « à fournir des rapports annuels sur leur approche visant à favoriser la diversité des genres au sein de leurs conseils d’administration et parmi leurs dirigeants ». Cela commence par le besoin supposé de 50% de femmes dans les conseils d’administration, mais progresse rapidement vers des demandes pour que toute la diversité «arc-en-ciel» englobant la religion, la culture, «l’orientation sexuelle», le statut économique, le handicap, etc., soit représentée dans chaque conseil. et l’équipe de gestion dans le pays.
Personnellement, je me fiche que le conseil d’administration d’une entreprise dont j’achète les produits ou dans laquelle j’investisse soit composé uniquement d’hommes, de femmes ou de tout mélange de sexe ou d’ethnie – ou de taille, de poids ou d’intelligence – tant que comme le produit est bon. D’ailleurs, si tous les membres du conseil d’administration étaient des singes formés qui savaient mieux gérer l’entreprise, cela me conviendrait également. Mais comme l’a dit Terence Corcoran du National Post, avec cette « initiative », le premier ministre Justin Trudeau et son ancien « ministre de l’Innovation » nommé orwellien Navdeep Bains lançaient « une autre attaque subversive contre le modèle d’entreprise qui transformera les entreprises en sociétés d’opérations socio/politiques ». Il aurait pu aller jusqu’au bout et parler d’opérations « totalitaires douces ». Bains a menacé de légiférer et de punir le non-respect et a déclaré qu’il utiliserait toutes les autres armes qu’il pourrait avoir « dans sa boîte à outils » – une boîte à outils, déjà ! – pour imposer « l’équité » et la « diversité » à tous les conseils d’administration du Canada.
Nous notons que si cette mesure réussit, les conseils d’administration des entreprises devront à l’avenir comprendre 50 % de femmes (ou – parce que le sexe est désormais considéré comme une entité « fluide » – un pourcentage inférieur, mais égal, de personnes qui s’identifient comme des hommes ou femmes (mais qui ne le sont peut-être pas), plus un pourcentage confus de personnes LGBTQ, transgenres, etc., etc.), 18 % de minorités visibles, 14 % de personnes handicapées ; 5 % d’Autochtones, et ainsi de suite. Quel bordel. Mais clairement, toujours un gâchis soft-totalitaire. Voici la distinction : le gouvernement a le pied sur votre vie et votre travail, mais pas encore sur votre cou.
Les sociétés privées dans les sociétés libres n’ont jamais été totalement libres, bien sûr. Ils existent sous licence de l’État et ont été interdits de faire beaucoup de choses (comme de la publicité mensongère) et obligés d’en faire d’autres (comme remplir des déclarations de revenus, tenir des procès-verbaux, respecter les lois du travail, etc.). Mais ils n’ont jamais été contraints par l’État de modifier leur propre structure de gouvernance privée librement choisie, couler ou nager, ce qui, compte tenu de l’environnement réglementaire massif dans lequel ils opèrent, était presque la dernière chose qui les rendait libres et privés. .
Pour mémoire, cette loi a été introduite par le même Justin Trudeau qui, lors de sa candidature au pouvoir en 2015, a déclaré : « Diriger [le Canada] devrait signifier que vous rassemblez les Canadiens. Vous ne les divisez pas les uns contre les autres. Et puis, dans une déclaration encore plus hypocrite, il a ajouté que « les efforts d’un groupe pour restreindre la liberté d’un autre sont très dangereux pour ce pays, surtout lorsque les agences de l’État sont habituées à le faire ».
Une autre alarme est venue du Barreau du Haut-Canada, un organisme quasi gouvernemental qui contrôle l’octroi de licences à 60 000 avocats dans la province de l’Ontario, lorsqu’en 2017, il a publié un mandat selon lequel tous les avocats et parajuristes de la province devaient signer un contrat individuel. Énoncé de principes qui reconnaît « leur obligation de promouvoir l’égalité, la diversité et l’inclusion en général, et dans leur comportement envers leurs collègues, employés, clients et le public ».
C’était scandaleux et odieux pour une société libre parce que son commandement spécifique était de contraindre non seulement la pensée et la parole de chaque avocat de la province sur des questions avec lesquelles tout citoyen peut légalement et moralement être en désaccord, mais aussi de contraindre leurs actions privées, leur ordonnant promouvoir ces objectifs idéologiques, jusque dans leur comportement personnel. Ou sinon. (Comme, « Nous avons des moyens de vous faire parler. »).
Personnellement, je ne crois pas que «l’égalité» devrait être imposée aux inégaux en quoi que ce soit; ni que la «diversité» est nécessairement une bonne chose dans un monde où l’unité s’effondre partout et où les nations se fragmentent en centaines de mini-nations à l’intérieur de leurs propres frontières. Car la vérité est que vous pouvez avoir de la diversité dans l’unité, mais vous ne pouvez pas dériver l’unité de la diversité. L' »inclusion » ne devrait pas non plus être imposée aux personnes ou aux organisations qui ne veulent pas nécessairement travailler, socialiser ou s’associer avec ceux dont elles ne se soucient peut-être pas beaucoup. La diversité et l’inclusion sont en effet les armes d’une guerre sociale et administrative contre le principe du mérite qui a toujours été au cœur des personnes libres, et uniquement d’elles.
Et la marche du socialisme mou au totalitarisme mou s’accélère. On ne peut pas faire confiance au public pour savoir ce qu’il pense. Il doit donc y avoir des réglementations dictant les comportements, puis les espions du gouvernement pour assurer la conformité, puis la punition des contrevenants. George a dit que lorsqu’il a quitté la Hongrie, il y avait des agents du gouvernement qui espionnaient tous les citoyens qui n’étaient pas membres du Parti communiste. Ils se tenaient au coin de la rue devant son appartement, même sous la pluie, toute la journée. Tous les jours. Et mon vieil ami Martin McGrady, un Américain très pauvre qui est devenu détenteur du record du monde d’athlétisme et a grandi dans un terrible ghetto à Baltimore, m’a dit que lors d’une tournée américaine en Russie, il y avait un espion communiste assis au bout de chaque couloir, à chaque étage de son hôtel piqué de puces, gardant un œil sur lui et tous les autres invités (plutôt, les détenus). Il a dit qu’il préférait la vie dans le ghetto de Baltimore, n’importe quand.
Pourtant, un autre mouvement totalitaire doux profondément offensant du gouvernement canadien est apparu comme une forme de corruption coercitive ou de chantage. Le gouvernement lance un programme « Emplois d’été Canada » pour aider des centaines d’églises, de camps et de nombreuses organisations caritatives à embaucher du personnel d’été supplémentaire. Ce programme a craché des millions chaque année pour financer environ 70 000 emplois. Mais notre premier ministre, professeur de théâtre au lycée, bien-pensant, s’est lancé dans la corruption pure et simple, refusant de financer toutes les organisations qui refusaient de signer une « attestation » (ce mot, encore une fois) indiquant qu’elles soutenaient « le L’engagement du gouvernement du Canada à l’égard des droits de la personne, qui comprennent les droits des femmes et les droits reproductifs des femmes, ainsi que les droits des Canadiens de diverses identités de genre et transgenres. Le site Web du gouvernement n’acceptera pas de candidature si cette case n’est pas cochée.
Si pour des raisons morales votre organisation respecte la dignité de toute vie humaine dès sa conception, ou ne peut pas en conscience religieuse promouvoir la contraception, ou parce que, comme la grande majorité, elle croit que l’ordre biologique masculin/féminin de tout le monde reproducteur est naturel, et pas une question de choix ? Mauvais chance.

Le quinquennat du mépris

Publié: mars 28, 2022 dans Uncategorized

Le scandale qui éclabousse l’Élysée, c’est de la dynamite pour le Président-candidat + SCOOP Par Alexandre Goldfarb

Le quinquennat du mépris

Droits

Publié: mars 25, 2022 dans Uncategorized

Un individu qui exerce son droit de consentement ne peut pas forcer un autre à faire de même. D’où la figure ridicule de devoir se faire injecter une thérapie génique pour protéger les autres personnes injectées d’une maladie causée par un « virus » inexistant. Porter un masque pour protéger un autre qui en porte également un. Enfermer une population saine et lui imposer une thérapie génique pour protéger des personnes âgées, faibles et malades. TOUT est chamboulé, votre droit est devenu un devoir. Nos parents ont également été habilement trompés sur le plan linguistique. Désinformation et guerres.

L’ignorance des ÉLITES.

Publié: mars 24, 2022 dans Uncategorized

Le président Joe Biden pense que la guerre en Ukraine marquera le début d’un « nouvel ordre mondial ». En plein milieu de la pandémie mondiale du COVID, Klaus Schwab et les élites mondiales ont également annoncé une « grande réinitialisation ».

En conséquence, les nations du monde devraient abandonner leur souveraineté à un corps international d’experts. Ils nous éclaireraient sur les impôts, la diversité et les politiques vertes.

Lorsque l’ancien président Donald Trump a été élu en 2016, des journalistes de renom ont annoncé que les reportages partisans devraient remplacer l’ancienne approche, soi-disant désintéressée, de l’information.

En temps normal, les progressistes s’inquiètent de ne pas avoir le soutien du public pour leurs politiques. Ce n’est qu’en cas de crise qu’ils ont le sentiment que la gauche politique et les médias peuvent fusionner pour utiliser des temps apocalyptiques afin de faire passer en force des approches habituellement impopulaires des problèmes étrangers et intérieurs.

Nous l’avons vu l’année dernière : la fuite de l’Afghanistan, l’adoption de la théorie de la race critique, la tentative de mettre fin à l’obstruction parlementaire, d’empiler les tribunaux, de bazarder le collège électoral et de nationaliser les lois électorales.

Ces « nouveaux ordres » et ces « réinitialisations » impliquent toujours un gouvernement beaucoup plus important et des bureaucraties plus puissantes et non élues. Les élites partent du principe que leurs changements radicaux en matière d’utilisation de l’énergie, de couverture médiatique, de vote, de souveraineté et de quotas raciaux et ethniques ne s’appliqueront jamais tout à fait à elles-mêmes, les architectes de ces changements du haut vers le bas.

Nous, les gens ordinaires, devons donc abandonner les combustibles fossiles, mais pas ceux qui doivent utiliser des jets d’entreprise. Les murs ne marqueront pas nos frontières mais protégeront les maisons de Nancy Pelosi, Mark Zuckerberg et Bill Gates.

L’ordinateur portable perdu de Hunter Biden sera déclaré, par fiat, comme n’étant pas une nouvelle. En revanche, le faux récit de la « collusion » avec Alfa Bank fera la une des journaux nationaux pendant des semaines.

Les modes de vie de la classe moyenne seront réduits, car nous avons pour instruction de nous efforcer d’atteindre la durabilité et de passer à la vie en appartement et aux transports en commun. Mais les Obama garderont leurs trois manoirs, et les futuristes de la Silicon Valley insisteront pour que leurs yachts soient exemptés.

En vérité, nous sommes sur le point d’assister à une réinitialisation radicale – de la réinitialisation actuelle. Il s’agira d’une transformation différente de celle à laquelle les élites s’attendent et qu’elles devraient craindre.

Le monde et les États-Unis sont furieux face à une hyperinflation qui pourrait bientôt dépasser 10 % par an. Nous aurons de la chance si cela ne se termine que par une récession ou une stagflation, plutôt que par une dépression mondiale.

Ce gâchis a été créé par le même appareil qui a cru à la « théorie monétaire moderne ». Cette idée universitaire stupide prétendait que la prospérité découlerait d’une vaste expansion de la masse monétaire, du maintien des taux d’intérêt à des niveaux de facto nuls, de déficits annuels énormes, de l’accumulation d’une dette nationale insoutenable et de l’octroi de subventions aux travailleurs pour qu’ils restent à la maison.

Les coûts du gaz naturel et du pétrole atteignent désormais des niveaux insoutenables, au point que la classe moyenne ne pourra tout simplement plus voyager, se chauffer en hiver ou se rafraîchir en été.

Tant en Europe qu’aux États-Unis, les gouvernements de gauche ont délibérément freiné le forage et les pipelines non russes. Ils ont fermé des centrales nucléaires et subventionné des projets solaires et éoliens coûteux et inefficaces. Ils n’ont pas abouti à une utopie, mais à des pénuries de carburant, des prix élevés et une dépendance énergétique vis-à-vis des régimes les plus répressifs du monde.

La révolution woke en Occident était censée nous apprendre que le monde occidental dominé par les « hommes blancs » est toxique. Ses origines, son ascension, ses loisirs et sa richesse actuels étaient censés n’être dus qu’à l’exploitation, au racisme et au sexisme systémiques.

Les élites ont introduit la culture de l’annulation, le doxxing, le déplatforming et l’ostracisme social pour faire honte à ces prétendus exploiteurs et détruire leurs vies et leurs carrières.

Peu d’entre eux se sont demandé comment un Occident supposé nocif, vieux de quelque 2 500 ans, est devenu la première destination de millions de migrants non occidentaux dans le monde et a offert le plus haut degré de prospérité et de liberté à ses citoyens.

Une remise à zéro s’annonce donc, en réaction aux « nouveaux ordres » défendus par Biden et le groupe de Davos.

Lors des élections de mi-mandat de novembre 2022, nous verrons probablement un « non » historique à l’agenda de la gauche orthodoxe qui a entraîné une inflation insoutenable, une énergie inabordable, la guerre et l’humiliation à l’étranger, la spirale de la criminalité, l’hostilité raciale – ainsi qu’une défiance arrogante de la part de ceux qui ont délibérément promulgué ces politiques désastreuses.

Ce qui le remplacera sera un retour à ce qui, jusqu’à récemment, avait fonctionné.

Des frontières fermées et sûres, avec une immigration légale et mesurée, seront de retour. Les Américains exigeront une application stricte de la loi par la police et des peines dissuasives, ainsi qu’un retour à l’intégration et à la primauté du caractère individuel plutôt que des fixations séparatistes sur la « couleur de notre peau ».

Le public continuera à faire la sourde oreille aux médias « grand public » partisans et médiocres. Nous assisterons à une augmentation de la production de pétrole et de gaz naturel afin d’assurer une transition lente vers une plus grande variété d’énergies, une défense nationale forte et une politique étrangère dissuasive.

Les prophètes du nouvel ordre mondial ont semé le vent et ils récolteront bientôt la tempête d’un public en colère, épuisé par l’incompétence, l’arrogance et l’ignorance des élites.

Edward Dowd

Publié: mars 23, 2022 dans Uncategorized

« We are at the end. What you are seeing is the peak of the global debt bubble. We’re going to see some crazy things in the credit markets… The Fed printed 65% more money under the guise of Covid to hold it all together, but we are at the end. » … « A lot of what you’ve seen put in place by governments, under the guise of #Covid19 medical tyranny, is designed to prevent the riots that will follow when it all goes down. » Edward Dowd is a former executive at asset manager #BlackRock. He thinks all the pandemic-related measures are meant to cover the repercussions of the 2008 financial crisis, never resolved after the crash.

Alain Patenaude

Publié: mars 23, 2022 dans Uncategorized

Québec

Moi, personnellement, je ne crois plus au système électorale. Souvenez vous de Trudeau à l’automne qui se faisait huer sans bon sens dans la rue et qui est quand même entrer minoritaire. On voit bien que les résultats ne vont pas avec la réalité. Pourtant, jusqu’à ce qu’arrive la fausse pandémie, j’étais très politisé. J’y croyais mais je n’y crois absolument plus Je crois que le Deep State (Les Desmarais, Péladeau, Bronfman en ce qui concerne le Québec) de chaque pays ou chaque province installe ses pions en place et décide des élections et du sort de son peuple sans le consulter. en fait, ils se crissent de nous. Tout ce qui compte pour eux, est de suivre le plan de leurs maîtres à penser. Bill Gates, Schwab, Soros et co. . Quand les gens vont voter, ils pensent que ce sont eux qui décident de leurs gouvernements. C’est faux. C’est un jeu dans lequel ils embarquent car ils croient ce que leur disent les médias. Avant, ils croyaient le cardinal Léger, maintenant ils croient Pierre Bruneau et tous ses vicaires. Les gens se croient en démocratie, mais ils ne décident jamais de rien. Pourtant, le reste du temps, on voit bien que ça n’existe pas la démocratie. On a vu ces deux dernières années que personne ne prendrait notre défense à l’assemblée nationale concernant les incohérences reliées au Covid et à la picouille. Tous les politiciens, tous partis politique au Québec et au Canada sont des mondialistes convaincus, disciples de Klaus Schwab et de son grand reset. TOUS, sans exception. Ils ont tous accepté que les enfants soient masqués, ils ont proposé la délation et la division. Ils ont accepté les menaces envers les gens qui ne voulaient pas le vaccin. Ils ONT ACCEPTÉ LE PASSEPORT VACCINAL. Éric Duhaime ne fait pas encore parti du Club, mais ça ne saurait tarder, s’il est élu. Il va comprendre une fois qu’il sera bien installé dans la machine, qu’il doit se soumettre sous peine d’en subir les conséquences. C’est toujours comme ça. On a vu la fraude électorale aux USA et on va en voir une autre avec l’élection en France qui s’en vient. Les systèmes Dominion font la job comme on dit au Québec. Je ne crois pas qu’ils vont réinstaller Legault au pouvoir car il est complètement brûlé. S’il sortait dehors pour aller voir les gens, je suis convaincu qu’il aurait le même sort qu’a eu Trudeau lors de sa dernière campagne électorale. Ils vont en mettre un autre pour faire croire au changement, mais ce sera la même chose. Alors, en conclusion, pour ceux qui me disent que je dois aller voter, faites moi la preuve que le système électorale n’est pas corrompu et j’y repenserai. Ce n’es pas à moi de prouver si les politiciens sont corrompus. Ce n’est pas à moi d’en faire la preuve. Prouvez moi que je me trompe et je me raviserai. d’ici là FUCK you la politique. De toute façon, ce n’est pas nous qui décidons.

Omerta

Publié: février 27, 2022 dans Uncategorized

https://www.globalresearch.ca/boom-trudeau-reversal-motive-surfaces-canadian-banking-association-approved-world-economic-forum-lead-digital-id-creation/5772013

Un enfant mendiant sur le trottoir du ghetto à l’été 1941. Photo de Georg, Willy (Musées impériaux de la guerre).